La CIGALES est en premier lieu un club d’investisseurs, qui réunit ses membres plusieurs fois par an, recueille leurs cotisations régulières pour former une cagnotte collective, et comme son nom l’indique, investit dans de petites entreprises en création ou encore jeunes. Avec pour critères de base dans le choix des entreprises, des notions explicitement intégrées dans la Charte des CIGALES.

C’est une structure constituée en indivision volontaire. L’indivision est un statut juridique qui signifie que la gestion des biens (argent et titres) se fait collectivement sans que vous puissiez les diviser avant la fin du club. La durée de vie de la CIGALES (cinq ans, renouvelable une fois) dépend de cette contrainte juridique. Une indivision à durée déterminée n’est dissoute qu’au bout de ces cinq années, ce qui permet d’assurer un suivi des investissements effectués. Ce statut lui garantit ainsi la transparence fiscale. La conclusion de la convention d’indivision (au sens de l’article 1873-1 du Code civil) permet de gérer ce club comme une société dotée de la personnalité morale. La personnalité morale est un groupement d’individus auxquels la loi reconnaît une personnalité juridique distincte de celle de ses membres (par opposition à la personnalité physique, l’individu).

C’est aussi une structure de capital-risque, dont l’un des objectifs est de réaliser une plus-value. Son principe de départ s’apparente ainsi à celui d’un fonds commun de placement à risque (FCPR), mais les chemins empruntés ne sont pas les mêmes. Le propos des CIGALES est plus modeste et plus orienté vers l’action de terrain.

C’est encore une structure de collecte d’épargne de proximité pour des usages le plus souvent locaux. Elle permet de démultiplier l’efficacité de sommes faibles au départ. La CIGALES se veut dès lors animatrice de son environnement, au service des initiatives locales, des entreprises de proximité et de l’emploi.

Au-delà des soucis de technique financière, la CIGALES est avant tout un lieu de convivialité, de rencontres et d’auto-formation à l’économie, où l’argent n’est qu’un moyen pour irriguer un peu plus le tissu local, participer à la création d’emplois et faire du citoyen un acteur de son environnement économique.

En raison de sa forme juridique, la CIGALES s’adresse à des entreprises dans lesquelles elle prend des parts en capital. Dans les associations son intervention se traduit dans le cadre d’une convention d’apport de haut de bilan avec droits de reprise. Elle ne peut pas intervenir dans les entreprises individuelles. Les CIGALES ont développé des partenariats avec d’autres structures de collecte de l’épargne finançant l’économie solidaire, partageant leurs valeurs, comme Garrigue, Bretagne Capital Solidaire et La NEF.