Une caractéristique essentielle de la Finance Solidaire est qu’on ne fait pas « des coups ». Lorsqu’il se présente un beau projet à aider, l’objectif est de réunir les meilleurs moyens, en termes de financement, pour que ce projet démarre dans de bonnes conditions et réussisse.

Et, pour ce faire, la vraie solidarité doit se traduire par une réelle coopération.

Coopérer, ce n’est pas vouloir tout faire (des fonds propres, du prêt, de la garantie, de la caution mutuelle, etc…) de façon moyenne, mais c’est vouloir que chaque maillon de la chaîne de coopération soit le meilleur possible. Quand on trouve trop difficile d’appuyer sur les manchons de sa charrue, ou trop rares les brins d’herbe qui poussent chez soi, c’est une grande tentation d’aller voir dans le champ d’à côté si ce n’est pas plus facile ou si l’herbe n’y est pas plus verte !

Coopérer ce n’est pas se diluer dans la médiocrité , c’est s’efforcer de s’améliorer sans cesse dans son domaine propre, afin de renforcer la chaîne de solidarité créatrice, pour le bénéfice des porteurs de projet qui viennent nous demander notre appui et notre accompagnement.

Et c’est dans cette perspective qu’il faut voir et comprendre l’investissement important, en temps et en énergie, que fait l’Association des Cigales de Bretagne dans le pôle de la Création Solidaire .

Pour paraphraser un président célèbre, nous ne devons pas rechercher ce que l’Economie Sociale et Solidaire, ou le fait d’appartenir à l’ESS, apporte aux Cigales, mais nous devons nous préoccuper de ce que nous pouvons, nous le réseau des Cigales en Bretagne, par une « recherche de plus d’excellence », apporter à l’Economie Sociale et Solidaire et à la diffusion de ses valeurs.

Jean-François MICHON Président