Avec la rentrée qui se termine, nous avons peut-être quelques minutes disponibles pour revisiter notre engagement personnel dans le réseau des CIGALES.

Nous avons déjà eu l’occasion de nous dire qu’entrer dans un club CIGALES était plus impliquant que de souscrire à une part de la NEF ou à une action de FCP solidaire.

Oui, plus impliquant parce qu’il faut accepter de se former un peu, parce qu’il faut étudier sérieusement des projets et rencontrer les porteurs de ces projets, voire être parrain pour en accompagner un de plus près.

Oui, c’est plus impliquant aujourd’hui, et encore plus demain, parce qu’il faudra coopérer.

Coopérer avec les autres structures du Pôle de la création Solidaire, nous en avons récemment parlé ici et nous serons ensemble au JRCE 2010 à Rennes-St Jacques.

Mais coopérer d’abord entre CIGALES , parce qu’il faudra plus souvent se mettre à deux, si ce n’est trois clubs pour permettre à des projets d’avoir un plan de financement équilibré.

Et coopérer au sein de l’Association des Cigales de Bretagne : un club CIGALES peut difficilement œuvrer efficacement en restant isolé ! Si un club dispose d’un(e) ou deux personnes compétentes, rares sont ceux qui disposent de toutes les ressources et de toutes les compétences parmi ses cigaliers. Alors il va (ou il devrait) aller chercher celles qui lui manquent à l’ACB.

Mais on ne peut pas que recevoir, il faut donner aussi : Chaque club devrait avoir à cœur de contribuer, par un ou deux de ses membres, aux activités des commissions Développement, Entreprises et Formation de l’association, qui sont au service de tous.

Jean-François MICHON Président